Age

les jours,les siècles,les moments vides,personne
le carillon,les cloches,les persiennes,les veules
tous cloués aux aiguilles
les anguilles,secondes qui défilent,les neuneux coulants
ceux qui nous font perdre tant
les voix des garages,les sans issues,les cul de jatte
et les culs de basses,fausses.
La symphonie des aphones.
accroche ages
bousille ages
compte ages
racole ages
maquille ages
feuille age
les rides sur les feuilles
les cicatrices sur le sable
les sirènes du vent pour des sacs à plumes
et le phare qui tord ses rayons vers la lune.
torticolis de la lumière couchée,vautrée dans son lit d’argent.
Pauvre d’émois.
Le temps part sans fermer la porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *