Amer mer

Dans l’aigri règne la contrebasse des hautes mers.
En contreplaqué.
Leurs couvertures d’avalanche et la soif saline au banquet des sirènes.
Les sacs décousus des ressacs,la sangle bleue,grisée de l’horizon.
Le petit cliquetis de l’écume grimée.
La férule des clameurs lasses du large si étroit.
Un détroit.
Si droit.
Les longs cheveux blonds de la plage.
Arrachés au soleil.
Le sommeil des digues pressées sous les tentacules pointillées des mouettes.
Les petites lames qui chuchotent et moussent aux pieds des enfants.
L’étrange estran,quartier mouillé,jaune sale.
Bas fonds de Shangai.
Hauts fonds.
Rien ne vaut la peine.
Ni les galères sourerraines.
Plus loin,devinée,grelotante sous l’été,la terre masquée de dunes et ses clochers.
Six lances.
Et tout là haut.
Le sein de feu.
Long silence.
Abstinence.
Deliquescence.
Pas de brisants,pas de roches.
Secession.
Procession des nageoires.
Possession du verre.
La mort à l’envers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *