Chanson

Par la porte-ciel des flaques,
percent les branches du cercueil.
Et tremblent sur les fils livrés de lumière,
les variations doubles de la terre

Sous le vent
Soulevant
La neige

Au rauque renvoi des nuages monochromes
font sacerdoces les plombs des éclairs.
Le couvercle s’achemine du noir
et de la coupole tendue jouent les grêlons.

Sous le vent
Soulevant
La neige

L’avancée du jour lubrifié est conquerante.
Le pilon déplacé à l’horizon bleu nuit.
Soulever le voile et fouler les gouttes.
Les pleurs,les gosiers,l’argile:tous paleur!

Sous le vent
Soulevant
La neige

Il en va des froidures molles et rochers,
quand sur la cime blanchie des clochers,
l’ardoise au vent du nord vient s’écorcher
comme le cœur essoufflé expirant d’un jet.

Sous le vent
Soulevant
La neige

20 avril 2014 09h10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *