Détresse de la lumière

L’expatriation.
Tricolore incolore décolorée.
Lévitation en talons aiguilles
Anguille de velours,glamour sans amour debout hors de la vue.
Trépanation et désincarnation.
Désincarcération et crémation.
Flammèches sans tribus mais le tribut à l’envie de verre.
Fragile.Agile.
En vain,de rien,chien et nager dans le saint des seins.
Le butin,les catins,les vauriens,les bons dieux de pacotille
les broutilles des images et les viols du purin
Émotions.
humain d’humus.
Surplus des usés
Osez les désossés
Voyage à la détresse de la lumière.
Trianon des corps et des tons de photons au fond du cimetière.
Versailles des saillies des morts.
les croix rouillées pointant la racaille sous la rocaille
Les grands mouroirs de la galerie des vaincus
Parjure des gravures des noms éteints soudainement flambés.
ne plus jurer de froid alors que les rayons d’été viennent éblouir
et ternir la misère folle à venir
tenir,détenir,détenue au fond du tombeau qui marche vers moi
la crème des couleurs s’étale lentement
les pastels à la truelle
maçonnerie d’ivrogne
ivresse et un sourire d’ombres en laisse
comme la promesse du repos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *