J’emporte les temps

J’emporte les temps
Les adieux,les rideaux
Les moisissures et les barreaux.
D’autres aciers viendront clore
A défaut de scier
De cet enfer noir les rubans
Du décorum le ciel vidé
Les cœurs empalés sur les rivières
Les grandes beautés des fièvres
Qui portent la lumière
A nouvelle aube
Le ventre vivant.

31 janvier 2017 14h04

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *