Peurs

Oh au travers des compagnies
Les seules qui ne soient ennemies
Du sexe Du cul De baise
Font des hommes de la glaise
Et d’allumettes ce soufre fort aise
D’enfant je fus l’éclair
Curé ou autres n’en déplaisent
Ce feu injuste de colère
Il n’y fut rien que du vide
L’aube insipide
Ces paroles haineuses
Cette force niaise
Dirai je qu’il n’est d’homme
Que d’être pire que songe
Et que devoir se soumettre
Afin que sommeil au lointain sa vie ne prolonge
Par la grâce de mes dieux
Que les sabots au cœur
Ne frappent que ceux
Qui portent cruautés sans peurs.

3 mai 2018 22h20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *