Karen Chessman

Mon inspiration Étrusque?

« Les Étrusques possédaient un sens multiple et profond de la vie,si naïfs et si prompts,parfois,avec leur amour des couleurs criardes et de la pompe voyante.La vie ne se pense pas pour un Étrusque:Elle se vit.La seule sanction d’un acte est son échec ou sa réussite.IL N’Y A PAS DE PÉCHÉ. Son instinct vital est,pour lui,un principe supérieur.Cet instinct le mène vers la musique sensuelle,la danse frénétique,même la cruauté.Car il a le gout de l’éphémère,de l’instantané.Son instinct le porte vers une réalisation immédiate.Il crée.De même,pour lui,la mort est une autre forme de vie.Les nécropoles de maisons funéraires en témoignent.Le mort vivait dans sa tombe après son décès.Les vivants lui donnaient force et joie en venant le visiter. »

Alain Hus / Les Étrusques , Éditions Fayard 1959